Université d’Orléans - Rue de Chartres - BP 6749 - 45067 Orléans
cosmetosciences@univ-orleans.fr
02 38 56 78 11

Résumé non confidentiel MISTIC

Résumé non confidentiel MISTIC

L’objectif du projet MISTIC est de développer une nouvelle génération de produits cosmétiques, permettant une libération stimulée des molécules actives. En s’appuyant sur les savoir-faire en formulation de l’EA 6295 Nanomédicaments et Nanosondes (NMNS) de Tours et en chimie de l’Institut de Chimie Organique et Analytique (ICOA) d’Orléans, des bioactifs cosmétiques développés par l’entreprise Bioeurope (centre de Recherche et Développement du Groupe Solabia) seront concentrés et protégés dans des capsules ou des films en matériaux intelligents stimuli-sensibles, notamment à base d’oligomères biosourcés. Ces systèmes nouveaux seront caractérisés et étudiés du point de vue de leurs propriétés physico-chimiques par l’unité Interfaces, Confinement, Matériaux et Nanostructures (ICMN) d’Orléans. La libération des bioactifs pourra être dépendante d’un stimulus externe tel que la lumière ou la température, ainsi la libération sera contrôlée par l’acteur de soin esthétique ou le consommateur et pourra être très rapide pour un effet flash, ou encore ré-activée. La libération pourra également être contrôlée par un stimulus interne tel que le pH ou encore le niveau de stress oxydatif de la peau, ainsi la peau déstockera l’actif cosmétique quand elle en a besoin. Cette nouvelle génération de cosmétiques nécessite le développement en parallèle de méthodes d’objectivation performantes et adaptées, c’est pourquoi le consortium propose de promouvoir l’imagerie Raman hyperspectrale, alliée à des analyses statistiques multivariées, comme méthode d’évaluation biologique de l’innocuité et de l’efficacité des ingrédients et des nouvelles formes cosmétiques développées. Ce développement méthodologique s’appuiera sur l’expertise en imagerie spectrale de NMNS, les savoir-faire en analyse d’images à valeurs vectorielles de l’unité Imagerie et Cerveau (U930 IC) de Tours, et l’expertise d’une entreprise tourangelle spécialisée dans l’objectivation des cosmétiques, Transderma Systems.

Ce projet permettra de recruter 2 doctorants, 4 ingénieurs d’étude et un technicien sur les 3 prochaines années.