Université d’Orléans - Rue de Chartres - BP 6749 - 45067 Orléans
cosmetosciences@univ-orleans.fr
02 38 56 78 11

Résumé non confidentiel OligoBioCosméto

Résumé non confidentiel OligoBioCosméto

La Cosmétique utilise et exploite de nombreux produits aux rôles divers tels que la protection, la pigmentation, la parfumerie, le maquillage etc… L’une des méthodes d’application courante des produits cosmétiques repose sur la formation d’un film de produit sur les ongles dans le cas des vernis, sur les cils dans le cas des mascaras, sur la peau dans une gamme solaire. Ces films doivent répondre à de nombreux impératifs de résistance, d’adhésion, de stabilité, de perméation à l’eau, d’innocuité. Développer de nouveaux produits biocompatibles mais également bio-sourcés, répondant aux critères de chimie verte est une tendance forte en cosmétique. Leur utilisation s’est considérablement développée dans ce secteur ces dernières années mais il n’existe que peu de données concernant la réalisation d’agent filmogènes bio-sourcés, qui pourrait avoir l’avantage de trouver de nombreuses applications en cosmétique, tout en valorisant des filières importantes de composés d’origine naturelle. Parmi les molécules bio-sourcés d’origine végétale, le glycérol a une place de choix par son accessibilité, son faible cout, (produit secondaire issu de l’industrie du biodiesel®), sa forte biodisponibilité. C’est une molécule d’intérêt dans l’élaboration d’oligomères et polymères retrouvés sous des structures dendritiques et/ou hyper branchés. Ces polyglycérols ont tout récemment fait l’objet d’études montrant l’étendue de leurs propriétés et ont fait l’objet d’utilisations innovantes notamment en bioconjugaison, biomatériaux et biotechnologies notamment pour des applications biomédicales. Ces nouveaux polymères pourraient être une alternative, ou un complément au polyéthylène glycol (PEG). C’est la raison pour laquelle, l’exploration des polyglycérols et oligoglycérols dans le domaine cosmétique montre ces récentes années une croissance exponentielle.

Les approches non contrôlées d’oligomérisation du glycérol utilise le glycérol et une catalyse acide ou basique. Des approches permettant un meilleur contrôle sont actuellement développées, utilisant pour l’élaboration de ces structures l’oligomérisation du glycidol, molécule toxique et non-biosourcée. Un faible nombre de synthons a été également appliqué, majoritairement des dérivés simples d’éthers du glycérol ou encore tout récemment par des systèmes dialkylaminoglycidols obtenus par synthèse du glycidol ou d’épichlorhydrine (qui présente une forte toxicité). Une alternative à l’utilisation du glycidol et de ces dérivés simples est de développer des structures nouvelles issues du glycérol et permettant une oligomérisation contrôlée, régiosélective, et apportant une modulation des propriétés selon leur structure comme à titre d’exemple, l’adhésivité aux surfaces.

Le projet que notre consortium propose, est d’élaborer une gamme de polymères ou d’oligomères selon les critères essentiels de chimie verte à partir de monomères bio-sourcés, dont la formation est réalisée sans solvant, puis d’étudier de façon systématique leurs propriétés de modification de surface (notamment leur pouvoir filmogène), à la fois sur des supports modèles et représentatifs des conditions d’utilisation réelles pour le domaine cosmétique.

Le projet se structure en différentes parties incluant l’élaboration des synthons bio-sourcés issus du glycérol, l’oligo- et polymérisation puis l’étude sur différents supports (silicium, titane, mica) des modifications et/ou greffages sur surface incluant deux approches « graft on » et « graft to ». Les résultats obtenus conduiront à une extrapolation aux intérêts de la cosmétique pour la modification des propriétés des poudres ou films.

Le consortium formé pour réaliser ce projet de recherche inclut l’institut de Chimie Organique et Analytique (ICOA-UMR 7311), le laboratoire Interfaces, Confinement, Matériaux et Nanostructures (ICMN- UMR 7374) ainsi que l’entreprise LVMH Recherche.