Université d’Orléans - Rue de Chartres - BP 6749 - 45067 Orléans
cosmetosciences@univ-orleans.fr
02 38 56 78 11

Résumé non confidentiel PEAUMATHS

Résumé non confidentiel PEAUMATHS

Les signes visibles du vieillissement cutané, avec en particulier l’apparition de rides et ridules ou de xérose (sécheresse cutanée), sont très souvent considérés comme une disgrâce et sont donc la hantise de millions d’entre nous. Ainsi, tandis que l’impact psychosocial et physiologique du vieillissement cutané sur les personnes âgées a suscité le besoin d’une meilleure compréhension de ses mécanismes du vieillissement et une demande pressante pour des moyens de prévention et de traitement efficaces, le marché des produits « anti-rides » et plus généralement « anti-âge » connaît quant à lui une expansion fulgurante avec un impact économique important.

Le projet en collaboration avec NOVAXIA consiste à envisager une modélisation de la peau afin de cribler les molécules issues d’extraits végétaux ou obtenues par des voies de synthèse éco-responsables. Un tel outil a déjà été développé au sein du MAPMO pour la prédiction de l’expansion des villes et s’est avéré très efficace. La technique utilisée est adaptable à une modélisation de la peau compte tenu de sa structure perméable. Elle peut prendre en compte les différentes spécificités des trois couches de la peau et prévoir trois niveaux de prédiction. Les trois couches de la peau ne présentant pas la même perméabilité et variant de surcroît avec l’âge, cette modélisation par couche permettrait de cribler les molécules en fonction de l’activité recherchée ce qui apporterait une avancée considérable en termes de screening moléculaire et de développement durable. La production de bioactifs serait alors focalisée et raisonnée. Outre les avantages économiques que cette modélisation engendrerait, le gain en terme de communication sur la recherche éco-compatible serait aussi un atout majeur pour l’industrie cosmétique.

Parallèlement à l’établissement de la modélisation de la peau, des modèles unicellulaires et multicellulaires sur fibroblastes, dans un premier temps, seront élaborés par l’I3MTO puis sur des modèles de peaux explantées afin de tester les molécules les plus pertinentes issues du criblage pour valider la méthode ou apporter les éléments qui nous permettraient de l’optimiser. L’activité et l’innocuité des molécules testées sur les cultures de peaux seront objectivées au travers d’une expertise histologique réalisée au laboratoire NOVAXIA. Les extraits végétaux et molécules seront élaborés au sein de l’ICOA via des méthodes d’extraction et de synthèse respectant au mieux l’environnement de façon à limiter l’impact environnemental du chimiste organicien.

Ce projet compte tenu de son périmètre est vraiment exploratoire, et nous permettra très certainement, outre un nombre de publications certain, d’avoir un effet de levier vers d’autres projets à l’échelle nationale ou européenne.