Université d’Orléans - Rue de Chartres - BP 6749 - 45067 Orléans
cosmetosciences@univ-orleans.fr
02 38 56 78 11

Résumé non confidentiel PLASMACOSM2

Résumé non confidentiel PLASMACOSM2

Avec l’allongement de la durée de vie de la population, la demande en soins cosmétiques est grandissante particulièrement en ce qui concerne les soins anti-âges, qu’ils soient préventifs ou curatifs. Ce domaine inclut, entre autre, la préservation ou la régénération de la structure de la peau (texture, élasticité, …), de l’hydratation de la peau, de l’homogénéité du teint (éviter les taches brunes ou blanches). Actuellement la plupart des soins cosmétiques incluent des actifs, synthétiques ou naturels, qui sont formulés, avec d’autres composés, puis administrés, en général par voie externe.

L’objectif du projet PLASMACOSM-2 est d’évaluer les potentialités d’une nouvelle technologie, le plasma froid, qui permet d’agir sur les cellules de la peau, par un traitement locorégional, sans actif ajouté.

Les plasmas froids sont produits dans l’air ou un gaz rare et sont composés d’espèces actives dont les espèces réactives de l’oxygène et de l’azote. Ils sont principalement utilisés actuellement pour traiter des surfaces mais leurs effets thérapeutiques montrent un intérêt grandissant, principalement dans le domaine des thérapies anticancéreuses mais aussi dans le traitement des ulcères. Curieusement, leurs effets dans le domaine de la cosmétique n’ont pas ou très peu été étudiés. Pourtant, la littérature très récente montre des effets du plasma en dermatologie qui laissent supposer des applications potentiellement très intéressantes des plasmas dans le domaine dermocosmétique.

Le programme proposé vise à la fois à développer une partie instrumentation, afin d’obtenir un prototype de générateur de plasma, sécurisé et applicable sur la peau, dans des conditions bien définies et reproductibles au niveau des espèces produites, ainsi qu’ à évaluer l’effet du plasma sur différentes fonctions cutanées et sur les différents types de cellules de la peau. Ce projet interdisciplinaire regroupe deux équipes académiques du GREMI et du CBM, spécialistes, respectivement, du développement de sources plasma appliquées à la biologie, et du microenvironnement cutané, ainsi que l’entreprise Thermo Fisher Scientific/INEL de la région Centre-Val de Loire, spécialisée dans les sources de plasma, partenaire de la Cosmetic Valley.
L’originalité de ce projet réside dans le fait que les expériences seront réalisées dans les conditions réelles du microenvironnement cutané, reproduisant notamment le taux d’oxygène de la peau (physioxie, 3% O2), contrairement à toutes les évaluations classiques qui se font avec le taux d’oxygène de l’air (20% O2) qui est beaucoup trop important et influe sur les activités cellulaires comme l’équipe du CBM l’a déjà bien démontré.

La finalité du projet est d’identifier les potentialités des plasmas froids sur la biologie cutanée afin d’optimiser des traitements utiles en dermocosmétique, en particulier dans le domaine anti-âge.