Université d’Orléans - Rue de Chartres - BP 6749 - 45067 Orléans
cosmetosciences@univ-orleans.fr
02 38 56 78 11

Résumé non confidentiel ValBioCosm’

Résumé non confidentiel ValBioCosm’

Le projet ValBioCosm’ a été retenu pour un financement par la Région Centre-Val de Loire dans le cadre de la deuxième phase du programme ARD 2020 Cosmétosciences. Il met en commun les compétences scientifiques et le savoir-faire de quatre partenaires industriels : Botanicosm’Ethic (BCE, Neuville aux Bois), CDHR Centre (Saint-Cyr-en-Val), SEDERMA (Le Perray-en-Yvelines) et REMEDIALS Laboratoire (Orléans) et quatre laboratoires académiques: l’Institut de Chimie Organique et Analytique (ICOA, Université d’Orléans), le Centre de Biophysique Moléculaire (CBM, CNRS Orléans), le laboratoire de Biotechnologie Végétale (BBV, Université de Tours) et le Laboratoire de Biologie des Ligneux et des Grandes Cultures (LBLGC, Université Orléans, antenne de Chartres).

L’objectif consiste à rassembler dans un projet inédit des acteurs majeurs de la filière cosmétique qui regroupent les procédés de sourcing végétal, les méthodes d’éco-extraction et de caractérisation phytochimique, les tests d’activités biologiques à hauts débit jusqu’aux étapes de formulation et de commercialisation de nouvelles gammes cosmétiques. Ce projet ValBioCosm’ sera renforcé par l’arrivée de 4 étudiant(e)s en Thèse et 3 Ingénieurs d’Etudes.

Notre but est de proposer de nouvelles alternatives aux composés de synthèse pour l’industrie cosmétique en valorisant et diversifiant la biodiversité locale en Région Centre Val de Loire. Pour cela, nous exploiterons le réservoir de plantes disponibles en Région Centre Val de Loire en mettant en place de nouveaux procédés de culture naturelles et biotechnologiques d’espèces végétales. Au naturel, nous mettrons en place de nouveaux systèmes de culture en sol et hors-sol, notamment en condition aéroponie pour assurer un apprivoisement optimal et contrôlé des éléments nutritifs, de l’oxygéne, du pH, de la température et de humidité pour optimiser les performances de croissances des végétaux tout en diminuant l’emploi des fertilisants, les couts de consommation d’énergie et l’emploi de pesticides. Au biotechnologique, les cellules végétales collectées chez des plantes d’intérêts cosmétiques seront cultivées en bioréacteur selon des conditions de culture également optimisées en contrôlant les échanges gazeux, les stress salins et lumineux, l’appauvrissement en nutriments et l’utilisation d’éliciteurs qui orienteront le métabolisme végétal vers des métabolites secondaires spécialisés et à fort rendement qualitatif et quantitatif. Sur la base de ce sourcing complémentaire et performant, des librairies complexes d’extraits de matières premières seront préparées puis criblées selon un procédé d’imagerie optique basé sur l’expression des microARNs. Ces petits ARNs non codant sont connus pour contrôler la plupart des réponses biologiques cutanées et peuvent donc servir de marqueur d’activation cellulaire en réponse à un actif ou « hit » d’intérêt cosmétique. Ainsi en plaçant le système d’imagerie microARNs spécifique au centre d’une plateforme de criblage à haut débit nous serons en mesure d’identifier dès les premières étapes du biosourcing le ou les échantillons d’intérêts avant de les fractionner et d’identifier les structures bioactives responsables des réponses biologiques anti-oxydantes, -vieillissement, de blanchiment encore de régénération tissulaire.

Nous anticipons des retombées socioéconomiques et scientifiques à fortes valeur ajoutées dans le domaine de du biosourcing végétal ; en diversifiant les usages des végétaux, des outils et techniques horticoles qui permettront le développement de nouvelles filières de production végétale et la création d’emplois spécialisées en Région Centre Val de Loire. Les actifs identifiés viendront alimenter de nouveaux portefeuilles d’ingrédients cosmétiques commercialisables par nos partenaires industriels ou autres grands groupes Cosmétiques. A l’échelle scientifique, les laboratoires académiques évolueront vers l’excellence scientifique en générant de nouvelles connaissances fondamentales du métabolome végétale, des méthodes de caractérisation analytiques et structurales et de l’hémostasie cutanée sous control des microARNs. In fine ce consortium Valbiocosm est une occasion unique de renforcer le réseau de collaborations déjà existant en Région Centre Val de Loire et d’en créer de nouveaux notamment entre les partenaires industriels à fortes complémentarités. Ce projet permettra par conséquent l’émergence de nouveaux pôles d’excellences académiques et industrielles en Région Centre Val de Loire et en Cosmétique Valley.Ce projet permettra de recruter 3 doctorants et 3 ingénieurs d’étude sur les 3 prochaines années.